Michel Lambert (1610-1696), Michel Pignolet de Montéclair (1667-1737), André Campra (1660-1744), François-André Danican Philidor (1726-1795), Jean-Philippe Rameau (1684-1763).

Dans le cadre de L’Inattendu festival à l’Opéra de Lille

Au tournant du Grand Siècle, la mode est aux concerts de salons. La tragédie en musique de Lully s’invite dans les intérieurs mondains par le truchement de la cantate. Tout droit venue d’Italie, ce nouveau genre connaît un essor rapide. Véritable opéra miniature où l’argument est traité dans un livret travaillé, elle s’inspire tant des sujets mythologiques que du registre amoureux et badin et séduit un public raffiné, amateur de poésie et de musique.

Ce programme, proposé par Emmanuelle Haïm et Le Concert d’Astrée, présente un panorama de la cantate française, depuis Montéclair, précurseur du genre, jusqu’à Stuck, qui donne une dimension plus orchestrale à la cantate de chambre. On y voit des héros livrés au tumulte de leurs passions. La fatalité de l’amour contrarié fera dire à Héraclite : « Dans un abîme affreux de douleurs et de peines/ Mon cœur est plongé nuit et jour ». La palette des registres est large : de la mort tragique de Didon au ton comique de Démocrite, elle donne à entendre la cantate dans toute son intensité dramatique.

Eva Zaïcik bas-dessus
Victor Sicard basse-taille

Le Concert d’Astrée
Jocelyn Daubigney flûte traversière
David Plantier, Maud Giguet violon
Isabelle Saint-Yves viole de gambe
Romain Falik théorbe
Conception, direction musicale et clavecin Emmanuelle Haïm

Samedi 17 octobre – 18h
Opéra de Lille

Durée : + / – 1h

+ d’infos et réservations sur le site de l’Opéra de Lille