François Martin (1727-1757), Georg Philip Telemann (1681-1767), Pietro Antonio Locatelli (1695-1764), Georg Friedrich Händel (1685-1759)

Dans le cadre de L’Inattendu festival à l’Opéra de Lille

« J’ai tâché autant que j’ai pu de mêler avec la délicatesse de la musique française, la vivacité de la musique italienne », disait André Campra. Le programme pour cordes proposé par David Plantier et Le Concert d’Astrée évoque les influences de Campra, à la rencontre des goûts italiens et français. Deux écoles majeures de l’époque baroque, opposées en style, mais aux influences réciproques.

Au départ de notre traversée, l’Italie du 17e siècle et le genre du concerto grosso, qui fait dialoguer le concerto (deux violons et un violoncelle soli) avec le ripieno (tutti) inventé par Corelli et repris au 18e siècle par ses héritiers Geminiani ou Locatelli. Puis vient le stile francese vu par les Allemands, défenseurs des « goûts mêlés » (Gemischte Geschmack) : Bach, Quantz, ou encore le prolifique Telemann et ses six cents ouvertures « à la française », ont opéré une synthèse entre la suite de danse française et l’allégresse fougueuse du concerto italien. Enfin, en France, les compositeurs des années 1730 intègrent l’agogique et la virtuosité italienne dans leurs œuvres.

On découvre un paysage musical où la vélocité italienne et l’élégance française finissent bien souvent par traverser les frontières.

Le Concert d’Astrée
Conception et direction musicale David Plantier violon solo du Concert d’Astrée

Mardi 6 octobre – 20h
Opéra de Lille

Durée : + / – 1h

+ d’infos et réservations sur le site de l’Opéra de Lille