Œuvres de Wolfgang Amadeus Mozart (1756-1791)
Programme pour sextuor à vent (clarinettes, cors et bassons)

À 11 heures du soir, j’ai eu la joie d’entendre une sérénade interprétée par deux clarinettes, deux cors et deux bassons, et cela dans une de mes propres compositions ! Les musiciens avaient demandé́ que la porte donnant sur la rue soit ouverte. Et, se plaçant au centre de la cour, ils me surprirent de la plus belle manière qu’on puisse imaginer par un premier accord de mi bémol majeur, alors que je m’apprêtais à me déshabiller !
Lettre de Wolfgang Amadeus à son père Léopold, le 3 novembre 1781 à Vienne

Mozart a composé 13 sérénades qui s’inscrivent dans la tradition des sextuors et octuors à vent en vogue en Allemagne au XVIIIe siècle. De l’italien « sera » (« soirée ») ou « sereno » (« calme »), la sérénade est à l’origine une chanson jouée par un amant à la tombée de la nuit sous les fenêtres de sa bien-aimée. Avec le temps, la sérénade évolue et devient une composition jouée le soir, en public, pour une circonstance particulière ou destinée à une personne. Les sérénades se composent de plusieurs mouvements variés et contrastés, alternant cantabile et vivace, musiques de danses, rondo…

La Sérénade n°11, présente dans ce programme, se situe entre la fameuse Sérénade n°10, dite « Gran Partita » et la non moins fameuse Sérénade n°13, dite « Une petite musique de nuit ».

À l’instar de la Gran Partita, la Sérénade n°11 met en valeur les instruments à vents qui peuvent montrer la richesse de leur timbre à travers cinq mouvements. Il s’agit ici de la première version de l’œuvre, pour sextuor, qui a été ensuite transformée pour octuor quand Mozart a pris connaissance de l’Harmonie impériale (cf. L’origine des Sérénades de Mozart, page 12).

Les solistes du Concert d’Astrée
Vincenzo Casale et François Gillardot, clarinettes
Jeroen Billiet et Yannick Maillet, cors
Philippe Miqueu et Emmanuel Vigneron, bassons

Mercredi 16 décembre – 18h
Opéra de Lille

Durée : + / – 1h

+ d’infos et réservations sur le site de l’Opéra de Lille