Giovanni Battista Pergolesi (1710-1736) Francesco Durante (1684-1755), Domenico Scarlatti (1685-1757), Leonardo Leo (1694-1744), Pietro Antonio Locatelli (1695-1764).

Au début du 18e siècle, Naples est un véritable carrefour culturel qui abrite de nombreux chanteurs, instrumentistes et compositeurs. Elle est notamment le principal lieu de formation des castrats. Les commandes des institutions religieuses de la ville alimentent une activité musicale foisonnante mais ne suffisent pas à rassasier l’ensemble des musiciens, qui essaiment alors dans toute l’Europe.

C’est un répertoire emprunté à cette « école napolitaine » que propose aujourd’hui Le Concert d’Astrée, autour de l’immense Stabat Mater de Pergolèse. L’œuvre, qui dépeint la souffrance de la Mater dolorosa, fera la gloire posthume de son auteur, lui-même mort à vingt-six ans. Le concert d’Astrée présente également des Salve Regina de Scarlatti et Leo – autre prière à la Vierge qui deviendra un genre musical à part entière à cette époque.

Les allers-retours fréquents des compositeurs napolitains entre musique sacrée et musique destinée à la scène confèrent à ces œuvres une bouleversante expressivité, où tout n’est que douleur et beauté.

Le Concert d’Astrée
Direction musicale Emmanuelle Haïm

Emőke Baráth soprano
Carlo Vistoli contre-ténor

Dimanche 21 mars 2021 – 15h
Opéra de Nancy

Durée : + / – 1h30

+ d’infos et réservations sur le site de l’Opéra national de Lorraine